iStock_000016905197Small

Des quatre coins du monde, éclosent des groupes, cercles de femmes, tentes rouges, rencontres entre femmes à la pleine lune. Dans quel but et pourquoi ? De diverses traditions, d’âges, de milieux sociaux et d’orientations, des femmes se retrouvent autour du thème du féminin sacré. Ce mouvement en plein développement est le retour au féminin sacré. Mais de quoi s’agit-il ?

Après avoir trop longtemps eu comme seul choix d’être soumise à l’homme ou plus récemment de chercher à être son égal, les femmes se joignent entre elles pour retourner en secret vers le mystère. Le mystère en elles, mystère du cycle menstruel, la magie de l’enfantement et de l’allaitement, la difficulté à vivre la ménopause,etc. Ces étapes clef de la vie féminine sont tout simplement célébrées à travers des récits, des retrouvailles, des prises de consciences et parfois des larmes et des rires, lors de rencontres entre femmes. Nos sociétés par trop masculines, les poussent dirait-on à se reconnecter (voire à se connecter tout court) à leur puissance de femme libre, à oser s’ouvrir à la femme sensible, sacrée e créatrice de vie, au sein d’une famille spirituelle de femmes. Ainsi, l’on voit se propager ces dernières années les groupes de rencontre autour de la féminité.

Où et quand ce mouvement prend-il sa source ?

Tout provient de deux sources différentes . Tout d’abord, le Conseil International des Treize Grands-Mères indigènes créé après les événements du 11 septembre, est constitué de femmes de sagesse, chamanes, doulas et autres guérisseuses, venues entre autres d’Alaska, du Népal, du Tibet, d’Amérique du Sud et d’Afrique, pour le bien de toutes formes de vie sur cette terre. Elles sont porteuses du message que l’éveil de la conscience sera porté par les femmes. Ces dernières sont donc invitées à se rassembler. Ce mouvement à une influence grandissante à la fois dans la prise de conscience de l’importance du féminin et pour celui du respect des traditions ancestrales liées à la terre.

Ref LilyD’autre part, aux USA est né le concept de « Tentes rouges », qui vient d’un roman « The Red Tent » d’Anita Diamant (aux Editions Laffont sous le titre « La fille de Jacob ») dans lequel la tente rouge est le lieu où les femmes peuvent s’isoler le temps de leurs règles (ou de leurs lunes), où elles mettent au monde les bébés. C’est un espace intime fait de tapis, tissus, ou coussins rouges, de bougies, de thé. Le rouge qui symbolise le sang des règles, le sang de femmes. La création de la première structure physique et de l’événement portant ce nom a eu lieu en France en 2008 lors de la sixième journée des Doulas.

Pour adoucir la société de consommation qui pousse toujours à plus de performance, de faire, les femmes sont invitées à redécouvrir le féminin en elles. « Etre » (principe féminin) et non toujours « Faire » (principe masculin). Ces deux principes sont complémentaires, et elles essayent de les accueillir en leur sein. L’écoute des cycles à travers ses différentes périodes permet à la femme de reprendre contact avec le ressenti du corps et de lui redonner une dimension sacrée. Ces groupes sont une rencontre dans l’intimité, un espace d’expression par la parole, le silence aussi, et l’écoute qui permet de repartir nourrie d’une plus grande connaissance de soi portée par une reconnaissance partagée. Les hommes sont invités à se plonger également dans l’immensité du féminin afin d’ajuster leurs sensations de concert et de bien vivre le partage amoureux.

Un mouvement en plein expansion

Quand Miranda Gray décide d’envoyer par email, une « bénédiction de l’utérus » à distance, les femmes y voient immédiatement une nouvelle possibilité de se rassembler, au-delà des frontières de langue, de culture et de nationalité. Miranda n’était pas préparée à une telle réponse car le jour de la première bénédiction mondiale, il y avait 6029 participantes de 80 pays différents. En mai 2013 dernier, c’était 47.500 femmes qui ont répondu présentes ! Cette bénédiction est une méditation à faire seule ou à plusieurs afin de se connecter avec la beauté et la passion de la flamme féminine divine.

Ce mouvement entre dans le concert du renouveau de la spiritualité qui secoue de fond en comble la société occidentale actuelle. Après s’être débarrassée du carcan des religions, notamment après mai 68, l’occident a dérivé entre consumérisme et ultra-capitalisme. L’échec de l’un comme mode de vie et de l’autre comme modèle économique pousse la société à se réinventer alors que nous entrons de plein pied dans le 21e siècle. Comme le disait Malreaux, « le 21e siècle sera spirituel ou ne sera pas », se confirme. En effet, partout on peut voir le retour à des modèles de vies plus saines : écologie, culture bio, redistribution des biens, monnaies parallèles, santé alternative et complémentaire que soutien notamment le Réseau Biloba, méditation, habitat partagé, banques solidaires, font partie de cette nouvelle vision du monde, entre traditions et innovations. Les valeurs humanistes sont de retour, plus fortes que jamais, devant un monde qui s’écroule et se détériore de plus en plus vite, au péril de notre propre vie. C’est là que la résurgence du féminin (et non pas du féminisme) qui était refoulé depuis le culte de la mère universelle au paléolithique, peut jouer un rôle salutaire et indispensable.

Des cercles de femmes en Belgique

En route vers ma propre féminité  a germé en moi l’envie d’accueillir ces rencontres entre femmes. Retrouvez les rendez-vous à la pleine lune sur http://www.omvani.eu/?page_id=892

Il suffit d’une petite recherche sur Internet pour trouver de nombreuses associations Françaises. Cherchez les termes « cercles de femmes » ou « tentes rouges » et vous trouverez un lieu où se livrer, partager, se retirer, rire et échanger. En Belgique le mouvement en est encore à ses débuts, mais il se développe rapidement.

Auteure : Vanina Dony

————-

Pour aller plus loin :

Livres :

  • Femmes qui courent avec les loups » 1992 et « La danse des grands-mères » 2007 de Clarissa Pinkola Estès
  • La femme lunaire » 1991 de Miranda Gray (épuisé)
  • Stella et le cercle des femmes, 2011 de Maïtie Trelaüm
  • Les secrets du cerveau féminin », 2008 du Docteur Louann Brizendine
  • Femme désirée, 2006 femme désirante du Docteur Danièle Flaumenbaum.

Vidéos :

Sites web :

«